Histoire du journalisme scientifique

Le Journal

Vous êtes ici : Accueil » 1920-1945 » 1920-1945 - Le traitement de la science par les médias

1920-1945

Le traitement de la science par les médias

Le Devoir soutient le mouvement scientifique francophone

En plus de publier des nouvelles scientifiques et des chroniques de vulgarisation, Le Devoir fait la promotion de nombreux organismes scientifiques canadiens-français.

Par exemple, on suit avec attention les activités de l'Association canadienne-française pour l'avancement des sciences (ACFAS) : annonces de nomination, ordre du jour de l'assemblée générale, informations relatives aux affaires internes, etc. De même, Le Devoir ouvre ses pages aux membres de la Société canadienne d'histoire naturelle (SCHN) et à la direction des Cercles des jeunes naturalistes. Chaque samedi, on consacre une chronique aux activités des CJN.

Roger Gauthier

Le Devoir reproduit intégralement de nombreux articles de Marcelle Gauvreau, de Roger Gauthier, du frère Adrien, de Jacques Rousseau et d'autres personnalités scientifiques associées aux CJN.

Le quotidien publie également des textes d'opinion, des rapports et des articles de vulgarisation scientifique écrits par des représentants de l'ACFAS et des professeurs de l'Université de Montréal, notamment le frère Marie-Victorin, Jacques Rousseau et Léo Parizeau.

Frère Marie-Victorin : « Dans le maelström universitaire : réflexions d'un objet de luxe », Le Devoir, 31 mai 1932. (Nota : Il y est question de l'enseignement à la radio)

Frère Marie-Victorin : « Le premier congrès de l'ACFAS », Le Devoir, 30 octobre 1933.

Le frère Adrien Rivard

Jacques Rousseau : « La part des Canadiens français dans les sciences pures : un rapport de Jacques Rousseau de l'Institut de Botanique », Le Devoir, 4 juin 1932.

Dr Léo Parizeau : « L'évolution de l'univers », Le Devoir, 1er février 1934.

Le frère Marie-Victorin fait souvent appel au Devoir pour obtenir des appuis à ses idées, comme celle de créer un jardin botanique à Montréal. Il trouve un allié précieux en la personne de Louis Dupire (1888-1942), journaliste au Devoir de 1912 à 1942. Ce dernier joue un rôle clé dans l'aboutissement du grand projet, dont il avait même fait une affaire personnelle.

Le Devoir devient un canal privilégié pour la diffusion de la culture scientifique. En traitant la science comme un outil d'émancipation du peuple canadien-français, ce quotidien apporte un soutien indéfectible au mouvement scientifique francophone au Québec.

Louis Dupire, un journaliste au service d'une cause

Le 14 décembre 1929, Marie-Victorin propose son idée de jardin botanique à Montréal à la réunion de la Société canadienne d'histoire naturelle (SCHN). Sa conférence est publiée dans Le Devoir du 16 décembre 1929, en même temps qu'un article de Louis Dupire.

[Article « Un jardin botanique à Montréal. En marge de la magistrale conférence du frère Marie-Victorin », Le Devoir, 16 décembre 1929. Extraits significatifs : Dupire exhorte les « lecteurs qui veulent le progrès bien entendu de Montréal, qui tiennent à l'embellir et à rendre à la classe laborieuse le contact nécessaire et si tonique avec la nature de le lire et de le faire lire. » Comme Marie-Victorin, il veut « placer Montréal sur la carte des villes que l'on peut visiter et où il y a quelque chose pour l'œil et pour l'esprit.»]

En mai 1931, Marie-Victorin prononce une causerie sur les Cercles des jeunes naturalistes à l'émission radiophonique L'Heure provinciale. Le 13 mai 1931, Le Devoir reprend le texte de cette causerie et Louis Dupire rédige son éditorial à ce propos.

Le 22 août 1937 a lieu l'ouverture du Jardin botanique de Montréal. Dupire en fait le sujet de son éditorial dans Le Devoir du 27 août 1937.

Quelle forme prend la science dans les journaux ?

Comment les journaux présentent-ils la science ? Est-ce que le traitement journalistique de ce domaine change au cours des années ? Pour en avoir une idée, on a comparé le contenu scientifique des deux grands quotidiens de l'époque, La Presse et le Star, pour les années 1925 et 1935. Voici ce qui se dégage de cette comparaison.

L'intérêt scientifique des quotidiens porte largement sur la santé. Ainsi, jusqu'à la mise au point du vaccin BCG au cours des années 1930, la tuberculose est un sujet prédominant dans ce domaine.

Graphique : les sujets scientifiques
  Star La Presse
Santé plus de 50 %
(1925 et 1935)*
38 % (1925)
46 % (1935)
Autres sujets Plus d'articles sur l'astronomie et la géologie que La Presse (1925 et 1935). Agriculture et santé animale, botanique, astronomie, géologie, paléontologie, aviation, etc. (1925)
Astronomie et géologie sont en baisse, (1925 et 1935).

* Cette proportion constante laisse croire que l'intérêt du Star pour la santé publique se maintient.

Dans les deux quotidiens, les articles relatifs à la science sont majoritairement des nouvelles et pour le reste, des chroniques. Dans les deux journaux, la science fait rarement l'objet des éditoriaux.

Les nouvelles scientifiques que publie le Star proviennent surtout des États-Unis et des autres provinces canadiennes; celles du Québec arrivent au 3e rang.

C'est tout le contraire à La Presse : en 1925, par exemple, plus de 60 % des nouvelles proviennent du Québec.

Les chroniques du Star abordant la santé et l'hygiène : That body of yours et How to keep well

Les chroniques de La Presse abordant la santé et l'hygiène : Au fil de l'heure, La santé et Leçon d'hygiène du lundi.