Histoire du journalisme scientifique

Le Journal

Vous êtes ici : Accueil » 1920-1945

1920-1945

La Science émerveille et la radio éduque

La presse et la radio font rayonner la science

La science est source d'émerveillement pour le grand public et les scientifiques sont davantage présents dans la société. Les journaux comme les revues populaires présentent les « savants » avec beaucoup d'admiration. Mais cet engouement pour la science amène certaines revues à entremêler volontairement la vulgarisation scientifique et la science-fiction.

Dans les quotidiens La Presse et The Star, les articles relatifs à la science sont pour la plupart des nouvelles et des chroniques. La santé est le sujet prédominant, mais on traite aussi, entre autres, de botanique, d'agriculture, d'astronomie, de géologie et d'aéronautique.

Les quotidiens francophones, en particulier Le Devoir, appuient activement la mise en place des premières institutions scientifiques canadiennes-françaises.

En 1920, la création de l'Université de Montréal et de sa Faculté des sciences marque le début de la modernisation des institutions scientifiques de langue française au Canada. Les Canadiens français ont désormais accès à des programmes scientifiques qui mènent à des diplômes d'études supérieures.

Logo CBC - Radio-Canada

Extrait audio
Le réveil rural (extrait de 2 minutes et 40 secondes)

Diffusion : 1949-10-04
Sujet : La framboise
Source : Société Radio-Canada

Écouter l'extrait
Version accessible

À partir des années 1920, un nouveau moyen de communication de masse entre en jeu : la radio. À ses débuts, la radio n'est pas un véhicule de l'information d'actualité; elle est plutôt un moyen de divertissement et un outil d'éducation populaire. Au micro, se succèdent des orateurs, artistes et politiciens qui font valoir leurs talents ou leurs opinions. Bientôt s'ajoute un volet éducatif, qui résulte de la collaboration du milieu universitaire, des gouvernements provinciaux et de certains radiodiffuseurs : on produit des émissions de culture scientifique à l'intention des clientèles scolaires et collégiales. Deux émissions phares dans ce genre : L'Heure provinciale (1929-1939) à CKAC et Radio-Collège (1941-1956) à Radio-Canada.

Radio-Canada et son pendant anglophone la CBC (Canadian Broadcasting Corporation) jouent un rôle important dans l'évolution du journalisme scientifique canadien. Engagées dans leur mission de radiodiffuseurs publics, les stations de ce réseau national produisent un grand nombre d'émissions de culture scientifique. D'abord éducatives, ces émissions adoptent plus tard une approche journalistique.

Caen (Calvados)

Le contexte sociohistorique

Après la Première Guerre mondiale (1914-1918), les militaires reviennent au pays. Mais le taux de chômage est élevé et le retour des anciens combattants aggrave le problème. Jusqu'au milieu des années 1920, de grands conflits de travail se succèdent, causant d'importantes pertes économiques. Par la suite, l'économie est stimulée par la baisse des prix et par l'inflation. Les pâtes et papiers, l'hydroélectricité, les mines et l'automobile sont les secteurs industriels en expansion [...]

Lire la section

La science à cette époque

La recherche scientifique universitaire amorce sa véritable expansion après la Première Guerre mondiale, en particulier grâce au Conseil national de recherche du Canada (CNRC), créé en 1916. Par exemple, en 1930, le CNRC accorde 62 subventions : 33 vont à l'Université McGill, une va à un chercheur francophone du Québec et le reste est attribué ailleurs au Canada [...]

Lire la section

Le journalisme à cette époque

Dans les pages des grands quotidiens, on rapporte des faits, on décrit des événements : la presse d'information est maintenant bien établie. Quelques journaux demeurent associés à des partis politiques (Montréal-Matin, Le Canada), mais leur diffusion est plus limitée [...]

Lire la section

Le traitement de la science par les médias

Au cours de la période 1920-1945, la presse vante les mérites des scientifiques et la science est source d'émerveillement pour le public. Dans plusieurs quotidiens, notamment La Presse, on présente souvent les médecins et les savants comme des personnes dotées d'une intelligence supérieure et d'une bonté infinie, qui se consacrent au bien-être de l'humanité, etc [...]

Lire la section