Histoire du journalisme scientifique

Le Journal

Vous êtes ici : Accueil » 1870-1920

1870-1920

La presse fait la promotion du progrès

Les Journaux ouvrent leurs pages à la publicité...

Après avoir joué le rôle de véhicule des opinions politiques, la plupart des journaux deviennent des entreprises indépendantes des partis. Maintenant davantage soucieux de leurs affaires que de leurs allégeances politiques, les propriétaires de journaux veillent à ne pas diviser leurs lecteurs pour des raisons idéologiques. Les journaux qui tendent à se consacrer au reportage des événements d'actualité deviennent prépondérants.

Les industriels et les commerçants annoncent leurs produits au moyen de publicités dans la presse. Les recettes publicitaires deviennent ainsi la principale source de revenu des journaux.

...et à la science

En phase avec l'effervescence économique de la fin du XIXe siècle, la presse s'intéresse aux progrès scientifiques et techniques. Dans cette optique, quotidiens et périodiques diffusent les découvertes récentes de la science, les nouvelles connaissances sur notre monde, les avancées technologiques dans l'industrie et les améliorations qu'elles amènent aussi dans la vie de tous les jours. On présente aussi des résumés de conférences données par des membres de sociétés savantes. En somme, la presse invite les lecteurs à entrer dans la grande marche du progrès.

Cet intérêt de la presse à l'égard des sciences est favorisé par le développement des institutions scientifiques au Canada ainsi que par l'amélioration des moyens de transport et de télécommunication.

Tramway sur la rue St-Jacques, Montréal.

À cette époque, le Star (1869-1979) et La Presse (1884-) sont parmi les quotidiens ayant les plus importants tirages au pays. Le Star mène des campagnes sur des questions reliées à la salubrité et la santé publique. Il mise sur ces sujets « populaires » afin de rejoindre un plus grand nombre de lecteurs. Dans La Presse, l'éditorialiste en chef Clément-Arthur Dansereau explique des innovations scientifiques et techniques tout en en prenant position à leur sujet.

D'autres publications, destinées au grand public ou à des clientèles spécialisées, valorisent l'information scientifique et technique : le Journal d'agriculture (édition anglaise : Journal of agriculture and horticulture), Le Moniteur du commerce, La Science populaire illustrée, L'Album industriel. Plusieurs de ces périodiques sont toutefois éphémères.

Le contexte sociohistorique

Avant 1867, le Canada est une colonie de l'Empire britannique. La Confédération réunit la province du Canada (territoire des futures provinces de l'Ontario et du Québec), le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse. À ces provinces signataires de l'Acte de l'Amérique du Nord britannique se joignent ensuite le Manitoba (1870), la Colombie-Britannique (1871) et l'Île-du-Prince-Édouard (1873). Le Canada acquiert ainsi une autonomie interne mais reste dépendant de Londres pour ses affaires extérieures [...]

Lire la section

La science à cette époque

La fin du XIXe siècle voit l'émergence d'une communauté scientifique organisée au sein d'universités modernes. Le modèle de formation aux études supérieures, qui se perpétue aujourd'hui, s'implante au Canada.

Les chefs de file de cette communauté scientifique œuvrent principalement à la University of Toronto, à la Queen's University de Kingston et à l'Université McGill de Montréal (à ce moment encore le McGill College). Ces établissements offrent des programmes d'études supérieures en sciences naturelles, en chimie, en physique, en génie et en médecine [...]

Lire la section

Le journalisme à cette époque

Au tournant du XXe siècle, l'essor industriel et économique du Canada entraîne une certaine transformation des entreprises de presse. La plupart des journaux deviennent indépendants des partis politiques et tendent à se consacrer au reportage des événements de l'actualité. Progressivement, la presse d'opinion cède le pas à la presse d'information [...]

Lire la section

Le traitement de la science par les médias

Le développement des grandes entreprises de presse et la création d'établissements scientifiques locaux et modernes, jumelés au bouillonnement industriel, entraînent un important changement dans la médiatisation de la science. L'information scientifique ne se trouve plus seulement dans les publications des sociétés savantes et dans les revues culturelles destinées au public instruit. La science s'introduit dans les quotidiens et les périodiques ainsi que dans la presse d'affaires. Bref, la presse en général accorde une grande place aux découvertes scientifiques et à leurs applications [...]

Lire la section