Histoire du journalisme scientifique

Sciences et aventures

Image Description
Image sur laquelle est inscrite l'information sur l'extrait Image sur laquelle est inscrite l'information sur l'extrait
[Musique d'introduction]
[titre] Science et aventure
Robert : Chers auditeurs, le poste CKAC est heureux de vous présenter la 34e de sa série d'émissions intituléee Science et aventure dans le but de vous tenir au courant des plus récentes nouvelles d'intérêt scientifique.
A : Et bien Robert, vous avez choisi là un sujet qui intéresse tout le monde.
On connaît bien la puissance destructrice de l'énergie atomique, mais on attend toujours les services qu'elle peut rendre à l'humanité en période de paix.
B : Et on attendra encore plusieurs années.
R : Quoi qu'il en soit, depuis Hiroshima, chacun s'intéresse beaucoup plus à la science qu'auparavant.
Les hommes d'affaires, par exemple, se demandent quel rôle l'énergie atomique sera appelée à jouer sur le front industriel.
B : Et maintenant, les temps sont passés où les recherches scientifiques se poursuivaient exclusivement dans les laboratoires des universités.
A : En effet, il se dépense des sommes considérables dans les laboratoires industriels.
B : Le mot considérable n'est pas exagéré.
Savez-vous, par exemple, qu'au cours de 1947 seulement, il s'est dépensé, aux États-Unis, un budget dépassant le milliard de dollars, et ce, uniquement dans le domaine des recherches?
R : Oh! C'est un chiffre colossal, mais tous ces travaux doivent exiger un imposant personnel de scientistes.
B : Plus de cent mille personnes. Des physiciens, des chimistes, des biologistes et autres travaillent dans les différents centres d'expérimentation de la république voisine.
A : Ceci démontre combien il est important que l'industrie encourage la poursuite des recherches et la formation de jeunes techniciens.
B : Parfaitement! Et un exemple suffira à illustrer cette nécessité.
Il y a un demi-siècle, par exemple, on ne savait que faire de la gazoline pour s'en débarrasser.
On ne pouvait la jeter dans les cours d'eau ni la déverser dans les canalisations d'égout. La faire brûler constituait un grand danger. Or, on sait ce qui est survenu.
R : Oui. Avec la mise au point de moteurs appropriés, la gazoline a changé la face du monde.
B : Justement.

A : Et on peut croire qu'il en sera ainsi de l'énergie atomique.
B : Et pourquoi pas?

R : On aura bientôt des moteurs capables de l'utiliser?
B : Ah oui! Mais quand exactement, voilà ce qu'on ne sait pas encore.
A : Et lorsqu'on aura mis ces moteurs au point, il faudra que leur emploi représente une économie.