Histoire du journalisme scientifique

La science en pantoufles

Image Description
Fernand Seguin et Marc Favreau assis, l'un en face de l'autre, derrière un comptoir. Il y a des instruments scientifiques derrière eux afin de montrer qu'ils sont dans un laboratoire. Fernand Seguin et Marc Favreau assis, l'un en face de l'autre, derrière un comptoir. Il y a des instruments scientifiques derrière eux afin de montrer qu'ils sont dans un laboratoire.
Fernand Seguin : Bon... Maintenant, pour répondre à votre question, je peux dire d'une façon générale que ce qui fait que deux corps ont tendance à entrer en réaction chimique,
c'est le besoin qu'ils éprouvent de donner ou de gagner des électrons, si je peux ainsi prêter des sentiments aux atomes.
Nous avons déjà vu que, au point de vue électronique, la couche périphérique des atomes était composée d'électrons en nombre variable de 1 à 8.
Alors, il y en a qui en ont 1, d'autres qui en ont 2, 3, 4, etc.
Or, il semble que le nombre 8, 8 électrons à la couche périphérique, représente un grand état de stabilité et que les atomes qui ont 8 électrons à la surface n'entrent jamais en réaction chimique.
C'est le cas des gaz rares. Mais dans ceux qui en ont moins que 8, vont chercher soit à en perdre, soit à en donner et c'est ça qui explique les réactions.
Je vais vous le montrer par un exemple.
M. Seguin fait une démonstration avec des pièces de monnaie et des morceaux de carton.
Voici des pièces de 25 sous qui vont représenter les électrons. Alors, si vous voulez me faire le modèle du sodium, seulement les couches périphériques avec 8 électrons autour et 1 à la partie externe.
Pour le chlore, on en a 8, et à la partie externe, on en a 7.
Bon... Alors, le sodium qui a seulement un électron à la périphérie, il a tendance à le perdre parce qu'à ce moment-là, sa couche périphérique serait de 8 électrons et le chlore, qui a 7 électrons à la périphérie, a tendance à gagner un électron parce que ça lui en fera 8 à la périphérie.
De sorte que quand on met du chlore et du sodium ensemble, ils réagissent.
En ce sens que le sodium perd un électron qui s'en va au chlore et le chlore gagne un électron.
C'est pour ça qu'ils ont tendance à se combiner l'un à l'autre, parce que ce que l'un veut perdre, l'autre aime bien le gagner.
Alors voilà le mécanisme fondamental des réactions chimiques.
Marc Favreau : Ah! Ben ça m'intéresse ça! Je pense que je vais pratiquer chez moi avec vos électrons.
FS : Euh... Vous réussirez pas!
MF : Pourquoi?
FS : Parce que, voyez-vous, ce sont des électrons d'argent, avec le sodium ça marche pas.
(rires)
Texte de fin : Certains appareils spéciaux ont été fournis par
W.M. WELCH MANUFACTURING CO. LTD de Chicago.